244 156 visites 7 visiteurs

CDF 8è tour DNA: "WEISSBECK S'AFFICHE " par Laurent Hickel, photo de Franck KOBI

29 novembre 2017 - 06:40

Gaëtan Weissbeck rêve d’exploit. PHOTO DNA – FRANCK KOBI

 

Après un début de saison difficile, Gaëtan Weissbeck et le FR Haguenau semblent avoir trouvé la bonne carburation. Le meneur de jeu revient sur sa carrière qu'il rêve toujours en mode professionnel.

Il fait partie de cette catégorie de joueurs qui n’est jamais passée inaperçue sur une pelouse. Après une préformation “maison” avec son père Dominique, Gaëtan Weissbeck est monté dans l’ascenseur, pour prendre la direction de Seebach en 2001, puis pour arriver à l’étage Racing en juin 2011 après être passé par la case FR Haguenau.

« Le Racing est mon club formateur, je suis Alsacien, je voulais réussir ici »

Avec son contrat stagiaire en poche, Gaëtan Weissbeck grimpe encore quelques échelons jusqu’au jour où il intègre le groupe professionnel avec Jacky Duguépéroux.

Un avènement qui marque pour la première fois la fin de sa trajectoire ascensionnelle. « J’intègre le groupe un peu par obligation, Fribourg me proposant un énorme contrat au même moment. Mais le Racing demandait une somme incroyable pour me laisser partir, alors que j’avais dix-sept ans et zéro match en équipe professionnelle », raconte-t-il avant de reprendre.

« Après, j’étais dans le bon état d’esprit. Le Racing est mon club formateur, je suis Alsacien, je voulais réussir ici. J’ai tout fait pour avoir ma chance mais on ne me l’a jamais vraiment donnée. C’est ce que je regrette un peu par rapport à cette période. »

Lors de son arrivée, Thierry Laurey replace le meneur de jeu en défenseur latéral droit. Mais au sein d’un effectif strasbourgeois de plus en plus fourni, il est difficile pour un jeune joueur de trouver sa place. « La dernière saison, je n’ai disputé que cinq minutes en Coupe de France contre Épinal, alors que le match était plié. Je savais donc que je n’allais pas être conservé. »

À partir de ce moment-là, Gaëtan Weissbeck se met en quête d’un contrat professionnel qui représente le Graal pour tout jeune joueur qui rêve de faire du football son métier.

Flanqué d’un agent, « qui n’a pas fait le boulot », Gaëtan Weissbeck fait plusieurs essais, dont certains ne sont pas loin d’aboutir, mais à chaque fois ça capote. L’horizon s’assombrit quelque peu.

Mais, chez les Weissbeck, on n’est pas du genre à courber l’échine. « Ce n’était pas évident à vivre, mais j’ai la chance d’être bien entouré par ma famille et ma copine. Ça m’a permis d’avancer et de ne rien lâcher. »

« Le Racing m’a permis d’avoir un bon diplôme »

Et comme il s’entraînait depuis le mois d’août avec le club haguenovien, la solution de repli s’impose d’elle-même. « Jean-Luc Kleinmann m’avait déjà contacté dès le mois de mai et j’avais répondu que je ne fermais pas la porte. Quand j’ai vu que le temps avançait, j’avais besoin d’être dans un groupe, dans un collectif et ça s’est fait naturellement. »

Une bonne pioche pour Claude Spreng, qui a immédiatement fait du jeune talent sa plaque tournante du milieu de terrain.

Passeur décisif sur le premier but et buteur sur le quatrième contre Lunéville (victoire 4-0) la semaine dernière, Weissbeck a récidivé ce week-end à Sarreguemines en donnant la victoire à son équipe d’une belle frappe des 20 mètres à deux minutes du terme.

Se profile maintenant la réception de Chambly en Coupe de France qui pourrait être le tremplin idéal pour des joueurs qui rêvent de se montrer. En cas d’exploit, les Haguenoviens pourraient se retrouver sous les lumières des projecteurs.

« On est sur une bonne dynamique et on va tout faire pour créer l’exploit », dit simplement celui qui n’a pas encore mis une croix sur ses rêves de carrière professionnelle.

« Pour l’instant, je n’ai pas renoncé, mais quoi qu’il arrive, le Racing m’a quand même permis d’avoir un bon diplôme. J’ai un Bachelor en marketing (Bac + 3), qui me permettra de rebondir. Après, quand j’étais au Racing, des joueurs comme Khalid Boutaïb ou Hicham Benkaid m’avaient raconté toutes leurs galères avant de signer pro. Je n’ai que vingt ans, et il y a plein d’exemples qui montrent qu’on peut encore y arriver. »

Et on le sait, Gaëtan Weissbeck fait partie de cette catégorie de joueurs qui ne passe pas inaperçue sur une pelouse.

Et c’est forcément un avantage à l’heure où se profile un 8e tour de Coupe de France et que l’on rêve de se montrer.

Article de Laurent HICKEL et photo de Franck KOBI

 

 

Capture d'images des Dernières Nouvelles d'Alsace du 29/11/2017.

Vous trouverez l'article original en cliquant sur le lien qui suit: 

http://c.dna.fr/sports/2017/11/29/weissbeck-s-affiche

 

 

 

Commentaires